Blabla

16 December 2019

Bassons, Calvin, confessions impossibles ?

  A quelques heures près, nous apprenions dans la douce lumière d’une simple vérité bonne à écouter, le retrait de Christophe Bassons de l’AFLD. A l’opposé, nous apprenions la sanction de Clémence Calvin, dans la noirceur d’un sombre couloir où se placardent à la mauvaise colle les fausses vérités. Une coïncidence ? J’ai presque envie d’y croire. D’un côté un homme dans la résistance, dans le combat des plus viles vacheries d’un monde lâche et sans pitié. A l’opposé, une jeune femme dans l’impasse, dans l’énigme, dans le vertige, dans le fracas. Au soir de ces deux « nouvelles », je les ai imaginés dos à dos dans l’immense salle du palais des glaces, chacun se retournant pour se mettre en joue…Quel face à face ! Chacun leurs armes, des mots simples qui claquent. D’un côté un homme qui avec sa voix douce à raconter des histoires de contes et d’épées se libère et demande « mais pourquoi ?» de l’autre une femme enchaînée et emmurée dans un poison de silences se braquant « mais vous ne savez rien ». Dans ce jeu de miroirs, écho contre écho, quelle dissonance ! Christophe Bassons, c’est un gars simple, nous nous connaissons depuis plus de 15 ans. Odile et moi, nous nous sommes souvent repassés l’image de ce grand gaillard aux joues creuses, aux omoplates creuses avec son grand short sur la ligne de départ dans la nuit des Templiers. La veille, au sortir d’un petit colloque consacré au dopage, il nous […]
16 December 2019

Semaine 39

  Le scénario, on peut l’écrire à la lettre près, les yeux bandés. Chaque année, mi septembre, une petite lumière s’allume au fond du tunnel. Une respiration, on se frotte les yeux… pas de doute…c’est bien la fin du tunnel. Les tableaux sont alignés comme des soldats de plomb, les panneaux comme des épis de maïs, mille cartons empilés comme des containers dans le port du Havre, chacun, chacune à son ordre de mission, les livreurs se succèdent à notre porte et…patatras…c’est le début des emmerdes, des mesquineries, des coups bas, des sangsues et des tiques. C’est la semaine des coups durs et des coups bas. On la connaît, on la redoute…et là encore, bing on s’est pris une grande gifle. Semaine 39, ce fut la semaine des galères, du moral en berne et des pensées en friche. Des parkings et des barrières qui partent en fumée, des bénévoles qui font pschitt, un parcours remis en cause, des petites et grosses misères…bref la vie d’une organisation, ce fil rouge maintes fois décrit sur le quel chaque organisateur avance, sans balancier entre les mains, pointe de pied tendu, à la recherche d’un équilibre si incertain…si mal compris »Ah mais vous êtes rodés»…. »Ah bon on est rodé ???” Phrase qui tourne en rond dans le tourniquet du Mandarous, comme un vieux vinyle grésillant…quelle foutaise ! Le plus dur, ce fut ce mail expédié par le Parc des Cévennes retoquant notre parcours Endurance Trail dans les Gorges du Tarn, un tracé pourtant […]
16 December 2019

Les mots pour le dire

  Voici le texte d’introduction rédigé pour être lu au départ des Templiers qui malheureusement fut annulée en raison d’une forte tempête. Millau, le 21 octobre 2019   Je me permets de vous lire ce petit mot que j’ai appelé LES MOTS POUR LE DIRE Plus exactement LE MOT POUR LE DIRE Le mot pour le dire, C’est facile à dire C’est facile à écrire C’est rapide comme un soupir C’est bref comme un sourire LE MOT POUR LE DIRE LE MOT…UN MOT…JUSTE UN MOT POUR DEFINIR LES TEMPLIERS J’ai cherché le mot qui a du coffre, de l’étoffe, De la prestance, de l’aisance, De la rondeur, de l’odeur, Du subtil, de l’habile Finalement j’ai choisi le mot SOUVENIR Parce que je me souviens de Jacky, j’ai écrit ce premier petit mot pour elle – je pense à elle Parce que je me souviens de Valérie, j’ai écrit ce dernier petit mot pour elle – je pense à elle Parce que je me souviens de chacune des pierres que j’ai soulevées, que j’ai caressées, que j’ai époussetées pour construire ce long chemin Le mot SOUVENIR colle à la peau, à la chair, à la sueur, à l’odeur, au tanin des Templiers J’ai une envie…que les Templiers vous remplissent, vous enivrent, vous chavirent, pour vivre ce grand jour au grand jour – pour toujours UN JOUR A SE SOUVENIR C’EST MAINTENANT JE VOUS DIS SOYEZ LIBERTY – CHERRY HARDI – MODESTIE – POESIE JE VOUS DIS MERCI     48 heures […]
16 December 2019

On finit toujours seul et seule au monde

  Je comprends que l’on puisse se laisser enivrer…par le pouvoir, le fauteuil aux larges accoudoirs, aux persiennes qui se ferment pour gérer d’une main ferme, par les portes qui se claquent « chauffeur Roissy 2 s’il vous plait », par les serrages de paluches, par les arrosages truc muche, VIP, Super VIP, Extra VIP, Méga VIP, par les médailles couleur émail qu’on accroche sur des airs ronflant, par les podiums où l’on joue les gentilhommes, par les tribunes d’honneur où l’on chante comme un crooner…. Finalement, c’est quoi tout ça ??? Mener la danse du grand monde ? Pourquoi se priver, la terre athlé est si féconde. Qu’importe les dangers, pourquoi ne pas se lancer adoubé par les siens ? On se croit légitime sans voir les abîmes. On prend la main d’une mariée trop belle pour soi, on serre un volant trop large pour soi au risque de se mettre sur le toit…on traverse la grande scène, on se croit mécène… C’est ça le pouvoir, on sert des mâchoires, on lâche quelques pourboires, on joue les grandes âmes, plein pot fumant, macadam brûlant, promesses enivrantes, grands messes exaltantes, selfies ouistiti, mains moites, paroles et sourires d’acrobate. Sauf que parfois ça fait mal, lorsque le train déraille, sans écran total, on cale, au pied de la muraille, la main sur le pommeau, le compteur à zéro. Vertige du néant, vertige béant. Pour ne pas avoir écouté, pour avoir négligé des évidences, sous-estimé, esquivé et même vitupéré contre la presse […]
16 December 2019

Au pays de la caillouterie

  Facteur jovial, besace en bandoulière, casquette de travers, une enveloppe matelassée qui atterrit sur notre bureau ? Pas besoin de ciseau, contenu souple, vite déchirée, une seconde enveloppe, papier craft aussi vite déchirée…le haut d’une couverture aux couleurs d’automne, aux couleurs Templières. Le titre… »Chemins de pierres », au premier plan un peloton de brebis la mine réjouie, les oreilles en éveil, en second plan, une falaise ocre, le Boffi ? Le Pompidou ? En contre bas, au trait noir, épais, une rivière encaissée…la Dourbie ? Sur la deux de couv., une écriture, celle de Pascal et Catherine en tandem dans la vie, dans la course d’une vie. Pascal, c’est Pascal Moreau, vingt quatre fois finishers des Templiers, l’époux de Catherine, qui ensemble, bras dessus bras dessous, depuis ce 25 octobre 1995, ont torsadé le fil d’une fidélité à toute épreuve avec les Templiers. Il écrit de sa plume de prof « Catherine l’a déniché au détour d’un sentier, sur le chemin de St Jacques. Une lumière a jailli et le bouquin était dans le sac ». Ce livre sous la plume et le crayon de Troubs, parle des grands causses, pas ceux de chez nous, mais pas si loin de là, sur le Quercy aux confins de l’Aveyron. Le dessin est au noir, la narration aussi. L’auteur qui se cache derrière ce pseudo y conte la vie simple, secrète, cachée, silencieuse, des pierres, des dolmens, des murets, des souterrains, des cazelles…il utilise un joli nom, peut être l’a-t-il […]